C'est la même chanson (Cédric Vigouroux)

Posté le : 20/09/2016

"C'est la même chanson" (Cédric Vigouroux)

Les marchés nous jouent toujours la même chanson et ce sont les banques centrales qui écrivent les partitions…

Vendredi le Cac 40 perd 0,93% à 4.332 points L’indice accuse une baisse de 3,54% sur la semaine, sa plus grosse contre-performance depuis février (…) Les marchés attendent les réunion le 21 septembre de la FED et de la banque du Japon. Tout le monde sait que Madame Yelen devrait remonter ses taux mais rien n’y fait… A l’approche de chaque réunion l’angoisse saisit les marchés… Comme quoi la peur d’un retournement obligataire annoncé est bien plus forte que ce que l’on nous raconte.

 

Les banques ont encore été au centre du débat, un Krach obligataires emmènerait les banques dans la tourmente… mais pour l’instant c’est Deutsche Bank qui est au centre des débats : Déjà à terre, Deutsche Bank pourrait payer une amende de 12 milliards d’euros réclamée par les Etats-Unis (…) La première banque Allemande est accusée, comme d'autres, d'avoir vendu à des investisseurs avant l'éclatement de la crise financière de 2007-2008 des produits financiers, tout en sachant qu'ils étaient toxiques. Des institutions respectables qui se sont comportées comme des voyous, mis le monde par terre et qui seront in fine soutenues par leurs gouvernements si besoin… " C’est la même chanson "…

 

Savez-vous que, contrairement aux idées reçues, la dette française est détenue à 18 % seulement par les assureurs Français… Mais surtout elle est détenue à 60% par des étrangers qui font tourner le stock deux fois dans l’année, soit 10 milliards par jour… Comme quoi la spéculation pourrait très vite attaquer la France…

Sur les 60 % détenus par l’étranger, Bercy ne connaît pas les détenteurs et ne saurait donc pas par qui nous serions attaqués en cas de spéculation. On parle de guerre économique, on ne connaît pas nos ennemis… ca rassure !!!

 

Pas de TRACFIN pour savoir qui investit sur la France ! Faites ce que je dis mais pas ce que je fait… En parlant de dette, la Grèce tousse et le Portugal a une bronchite.

On repart sur un feuilleton de l’Europe du Sud… Le taux de la dette à dix ans du Portugal ne cesse de grimper sur les marchés, signe d'une nervosité croissante des investisseurs. Le 16 septembre, il atteignait 3,47 alors qu’il était de 2,69 % le 15 août… Je renouvelle donc mon alerte sur les taux de la semaine dernière et ce d’autant que l’Italie va entrer dans le jeu !

 

Faut-il redouter une bulle immobilière sur la pierre papier ?

En alertant sur le risque de bulle immobilière, le rapport du HCSF a fait l’effet d’un coup de tonnerre dans le monde des SCPI, jusque-là abonné à une météo clémente (…) Les professionnels constatent effectivement une baisse des rendements, ils précisent que la rémunération de l’immobilier, comprise entre 3 et 5 % sur les bureaux, reste beaucoup plus attractive que celle des autres placements. Autre facteur rassurant, un écart de prix important subsiste entre les «bons» et les «mauvais» actifs alors que, dans un contexte de bulle spéculative, on assiste généralement à une convergence des valeurs (…) La situation semble donc très éloignée de celle qui a précédé le «krach immobilier du siècle», en 1991…