La France est-elle vraiment "à la merci des marchés financiers"?

Posté le : 11/07/2017

C'est un argument massue utilisé par le gouvernement pour justifier les efforts à venir: la France risquerait soudainement d'emprunter plus cher sur les marchés financiers si les investisseurs ne lui faisaient plus confiance.

Vendredi 30 juin, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin prévenait ainsi que "si les taux d'intérêt (de la dette NDLR) augmentent d'un point, cela représente deux milliards d'euros soit 233 médiathèques ou 200 écoles", fait-il valoir.

Mardi, le Premier ministre Edouard Philippe a lui aussi joué les Cassandre lors de son discours de politique générale. Il a assuré que la dette de la France, de 2147 milliards d'euros, "nous met à la merci des marchés financiers dont les fluctuations décident de plus en plus de notre avenir". "Si les taux d'intérêt augmentaient d'un point, et ils augmenteront un jour, c'est l'équivalent du budget de l'enseignement supérieur qui partirait en fumée", menaçait-il.

 

La suite sur bfmbusiness.com