L'appétit pour l'immobilier pousse les fonds vers plus de diversification

Posté le : 13/03/2018

(Les Echos) Malgré un ralentissement en fin d'année, la collecte des fonds immobiliers reste forte. Pour absorber cet afflux de liquidités, les gestionnaires se tournent vers de nouveaux types d'actifs et de géographies. (…) Depuis quatre ans, le volume d'investissement sur l'immobilier de bureau en Île-de-France a atteint 15 milliards d'euros, et même 25 milliards sur le tertiaire au sens large : du jamais vu ! », rappelle Grégory Frapet, président du directoire de Primonial REIM. (…) « Ces dernières années, les SCPI et OPCI sont devenus les plus grands acquéreurs d'actifs tertiaires en France. Ils ont largement impacté le marché et contribué à la hausse des prix », remarque Thomas Guyot. (…) La prudence incite aujourd'hui les acteurs à avoir une approche plus diversifiée et plus fine de la classe d'actifs. Ils sont de plus en plus nombreux à aller au-delà de la simple acquisition de bureaux « prime » (c'est-à-dire de meilleure qualité) à La Défense. L'investissement immobilier se décline par exemple dans des stratégies plus thématiques. « Les actifs de santé sont un axe de diversification intéressant, offrant de bons rendements et des baux longs. Nous avons aussi une vision positive sur l'immobilier résidentiel ancien, dans les zones tendues en termes de demande locative, qui offre un potentiel de hausse des prix plus difficile à anticiper dans le bureau », affirme Grégory Frapet, chez Primonial REIM. Autre sujet en vogue : les actifs logistiques. « Il y a un fort regain d'intérêt des investisseurs institutionnels pour ces actifs jadis négligés, grâce à la montée en puissance du commerce en ligne », résume Thomas Guyot.